I – Enseignant sundgauvien

I – Enseignant sundgauvien

Joseph Rossé a vu le jour le 26 août 1892 à Montreux-Vieux, une commune située à l’extrémité ouest du département du Haut-Rhin, à 8 km de Dannemarie, 16 km de Belfort, 18 km d’Altkirch et à 35 km de Mulhouse. Plus précisément, par rapport au méridien de Greenwich, à...
II – Syndicaliste chrétien

II – Syndicaliste chrétien

Le malaise des fonctionnaires alsaciens dans l’immédiat après-guerre  Après « l’éblouissement tricolore » des fêtes de l’armistice du 11 novembre 1918, sitôt éteints les flonflons, rentrés les lampions et repliés les drapeaux, les nouvelles autorités...
III – Pilier d’Alsatia & de sa presse

III – Pilier d’Alsatia & de sa presse

Co-fondateur de la Volksstimme  Après sa révocation de l’enseignement, l’activité publique de Joseph Rossé connaît « une sorte d’interlude ». Durant cette période, on le voit d’abord participer à des réunions hebdomadaires chaque mercredi avec le Dr...
IV – Porte-voix de l’Elsässische Volkspartei

IV – Porte-voix de l’Elsässische Volkspartei

Débuts politiques à l’UPRA Joseph Rossé avait donné son adhésion à l’UPRA dès 1919. Pendant tout l’entre-deux-guerres, cette organisation connue sous son nom français d’Union Populaire Républicaine d’Alsace, communément appelée UPR ou dans la langue régionale die...
V – Nancéien puis Nanziger

V – Nancéien puis Nanziger

Face aux juges du Tribunal militaire de Nancy Joseph Rossé est arrêté pour « espionnage » à Colmar le 9 octobre 1939 par le commissaire Becker. Le soir même il est emprisonné à Nancy et mis à la disposition du Tribunal militaire permanent de la XXè Région...
VI – Résistant anti-hitlérien

VI – Résistant anti-hitlérien

Rossé à la tête de l’Alsatia, bastion contre le nazisme   L’entreprise dont Rossé va présider la destinée durant la guerre avait été fondée en 1887 par dix prêtres catholiques à Colmar sous le nom d’Oberelsässische Verlagsanstalt AG,1 comme une entreprise...